Imprimer la page
Envoyer un mail

En 2015, c'est 92 contrôles, 85.47Kg contrôlés, 64.12Kg consommables, 21.35Kg détruits (impropres à la consommation), 88 espèces reconnues

Lien vers l'Association Suisse des Organes Officiels de Contrôle des Champignons

Il est fort probable que 2015 restera dans la mémoire collective comme une année sèche et l’on pourrait penser que la flore fongique, que l’on associe à l’humidité, soit restée recluse dans le sol, au stade mycélien.

Il est vrai que l’été fut rude pour ces importants chaînons du recyclage et de la biodiversité. En août, les premières petites récoltes sont apparues et dès septembre jusqu’à fin octobre ce fut de très nombreuses et parfois remarquables cueillettes. En deux mois 76 contrôles sur un total annuel de 92.

Je me souviens très bien de récoltes très soignées de cèpes de Bordeaux (Boletus edulis ou aestivalis), de cortinaires remarquables (Cortinarius praestans) ou encore de la désormais commune amanite des Césars (Amanita Caesarea). Les espèces thermophiles y ont trouvé un certain bien-être et ont récompensé les amateurs avertis. Une espèce comme le bolet à pied rouge (Boletus erythropus) s’est bien montré et a réjoui le connaisseur. Il s’agit d’un bolet qui peut être facilement confondu avec le bolet blafard (Belotus luridus) qui lui n’est pas consommable. Les différences sont à chercher dans la couleur du chapeau et dans l’habillage du pied, le blafard est réticulé, alors que l’autre, le bolet à pied rouge est ponctué.

Un appel téléphonique m’annonce la venue d’une famille avec pleins de sacs de chanterelles. Je suis perplexe. Grands-parents, parents et petits-enfants sont allés au Signal de Bougy, sur la piste de Tarzan, d’arbres en arbres sur des câbles qui tanguent, des passerelles instables et des échelles de cordes qui se tortillent, pratiquer l’acrobranche. Le plancher des vaches, sous les accessoires de l’acrobatie forestière, est couvert de champignons orangés avec une silhouette en entonnoir.

Après l’aérien, le terrestre. La famille se met à cueillir. La perspective d’un savoureux repas. Que d’adrénaline ! Les voilà qui arrivent, très heureux d’avoir vécu des émotions emballantes ! La cueillette de fausses chanterelles (Hygrophoropsis aurantiaca) n’était qu’une demi-surprise mais j’ai eu durant quelques secondes l’envie de réserver ma réponse. Croyez-moi, c’était difficile de casser tant de sourires. Je ne voulais pas lire la déception sur ces visages. Que dire de ce champignon ? Il est comestible mais sans personnalité, sans goût, sa texture n’est pas ferme.

Voilà, à peu près, ma réponse : « Quelle belle cueillette de fausses chanterelles ! Je vous suggère de choisir les plus beaux spécimens, de les blanchir durant 3 minutes, de les apprêter et de les goûter. Si vous n’aimez pas, mettez-les au compost sans regrets ». Les visages n’étaient plus les mêmes mais pas complètement tristes. Ils étaient juste un peu déçus.

Quant à moi, j’étais heureux car il y avait encore du soleil au fond des yeux.

Pour en savoir plus

Contrôleur des Champignons

Monsieur
Bernard Desponds

Tél.: +41 22 364 34 53